page d'accueil
infos pratiques
agenda
 
 
Zoologie
Accueil Zoo

en savoir plus
Mammifères marins

en savoir plus
Oiseaux
 

Accueil

Quelques chiffres

Alfred Marche

Louis Bureau

Collection
d'ornithologie
régionale

 

Louis Bureau (1847 - 1936)
Conservateur au Muséum de Nantes de 1882 à 1919

D'une famille d'armateur et de savants - son frère Edouard fut professeur au Muséum National d'Histoire Naturelle, botaniste et paléobotaniste ; son oncle Ferdinand Rozier, partit en Amérique comme associé de Jean-Jacques Audubon - il partage sa passion pour l'ornithologie avec son frère Etienne.

A 13 ans, il collectionne les oeufs d'oiseaux. De cette période datent ses premières notes ornithologiques (conservées à la bibliothèque du muséum). On peut y lire sur la page de garde :
" J'ai commencé une collection de pattes d'oiseaux en mai 1861, par une patte de pis-grièche à tête rousse et à partir d'août de la même année, je tiens régulièrement mes notes ".

Sterne de Dougall

A 21 ans, il embarque sur le Port de Nantes en direction de Houat et Hoedic et y découvre les oiseaux de mer.

< la Sterne de Dougall, déjà rare

la Mouette de Sabine >

Mouette de Sabine

Il fait ses études de médecine à Nantes puis à Paris, chasse le Merle à plastron et le Pic Noir en Savoie et au Col d'Aravis, étudie les divers plumages chez les aigles. En 1875, il part étudier les rapaces en Grèce, en Asie mineure et sur les Rives du Bosphore. On retrouve dans les collections du muséum de nombreuses traces de ses voyages.

Aigle ibérique
Aigle ibérique

En 1875, il part étudier les rapaces en Grèce, en Asie mineure et sur les Rives du Bosphore. On retrouve dans les collections du muséum de nombreuses traces de ses voyages.

En 1877, son diplôme de médecin en poche, il effectue un voyage en Espagne avec son frère Etienne, afin de se procurer une Grande Outarde et étudier le comportement des Aigles ibériques. Le carnet de route de Louis Bureau et les lettres d'Etienne à Léon, leur frère armateur et linguiste, donne une idée assez exacte des voyages de l'époque. Et de nombreux voyages suivront : en Bretagne, en Algérie, à Tunis...

En 1880, il est nommé professeur suppléant de sciences naturelles à l'Ecole de Médecine et en 1882, la municipalité fait appel à lui pour prendre la direction du Muséum, poste qu'il occupe pendant 38 ans.
Il y double les surfaces d'exposition et fonde, avec M. Laennec de la faculté de médecine, la Société des Sciences Naturelles de l'Ouest de la France, aujourd'hui toujours domicilée au muséum...
Entre 1911 et 1913, il publie deux études qui feront date dans l'histoire de l'Ornithologie française : "Travaux sur l'âge des perdrix" et "Mise au point du tableau Chronométrique", toujours utilisées par les agents de l'ONCFS (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage).

Egalement géologue, on lui confie le cours public de géologie du muséum et il est chargé de mettre au point le feuillet de la carte géologique de France dans les régions de Nantes, Château-Gontier, Ancenis, Saumur.

Il occupe alors une position centrale dans le milieu scientifique nantais. Le fruit de ses voyages et ses relations scientifiques enrichissent notablement la collection d'oiseaux du muséum.

Grande outarde          Vautour fauve          Vautour moine           Pic de Sharpe             Pygargue à queue blanche

En 1919, à l'âge de 74 ans, il demande sa retraite. Il assiste encore à de nombreux congrès, effectue plusieurs voyages à Londres. En 1922, il se rend à Tunis. En 1930, il assiste au congrès ornithologique d'Amsterdam. Son dernier voyage, à Paris, est l'occasion d'acquérir le Grand Pingouin, animal aujourd'hui disparu, pièce maîtresse du Muséum de Nantes.

Il s'éteint en 1936, avec dans les mains, une Mouette rieuse reçue le jour même, et lègue sa collection personnelle au Muséum de Nantes (471 oiseaux naturalisés, 1671 oiseaux en peau, 380 oeufs).