Audubon
peintre, naturaliste, aventurier

> Audubon (introduction)
> Le peintre des oiseaux
> Jean-Jacques Audubon au Muséum de Nantes
> Sur les pas d'Audubon à Couëron
> Autour de l'exposition
> Bibliographie sélective
> Les acteurs du projet
> L'exposition en quelques vues ...

Qui était Jean-Jacques Audubon ?

Un artiste, un savant, un ornithologue, un naturaliste, un poète, un explorateur, un aventurier ? Sans nul doute, tout cela à la fois ! Paradoxalement un personnage très célèbre aux Etats-Unis et méconnu dans son pays d'origine, La France.

Jean-Jacques Audubon est sans doute avec La Fayette le Français le plus célèbre et le plus admiré aux États-Unis.
Né à Saint-Domingue en 1785, il est le fils illégitime d'une immigrée française, Jeanne Rabin et d'un capitaine au long cours, Jean Audubon qui possédait dans cette île plantations et esclaves. À la mort de sa mère, trois ans plus tard, le père ramena en France, à Nantes, l'enfant et sa demi-sœur Rose. Ils furent accueillis tous les deux par l'épouse de Jean Audubon qui les éleva comme ses propres enfants. L'un et l'autre furent d'ailleurs adoptés par le couple qui possédait à Couëron une propriété « La Gerbetière » située non loin des bords de Loire.
C'est là, dans les marais qui bordent le fleuve, que le jeune garçon observe, identifie et croque ses premiers oiseaux. Cette passion naissante va s’enrichir au contact de Charles-Marie d’Orbigny, médecin de famille, féru de sciences naturelles, qui deviendra en 1836 le premier conservateur du Muséum de La Rochelle. C’est dans ce musée que viennent d’être découverts des dessins inédits d’Audubon.

© John-James Audubon Museum,

En 1806, Jean-Jacques Audubon quitte la France pour les États-Unis. Il y obtient la nationalité américaine en 1812.
Il publie de 1827 à 1839, "Birds of America", 435 planches de grand format dit "double éléphant folio" gravées et colorées, représentant les oiseaux grandeur nature. Premier illustrateur à les dessiner dans le détail et à restituer leurs comportements, il a su faire évoluer, de manière fondamentale, le regard porté sur le monde animal.
L’œuvre d’Audubon est aujourd’hui l’une des plus recherchées et des plus chères sur le marché de l’art.

Audubon meurt à New-York le 27 janvier 1851, à l'âge de soixante six ans.
Aujourd’hui, il est après La Fayette, le Français le plus connu aux Etats-Unis, et son portrait est à la Maison Blanche. Symbole de l’écologie américaine, il a donné son nom à l’une des plus importantes sociétés de protection de la nature aux USA, "The Audubon Society" créée en 1886, dont le siège est situé au cœur de Manhattan et qui réunit plus de 500 000 membres.

En France, peu de nos compatriotes connaissent l'auteur des "Oiseaux d'Amérique". Une remarquable exposition lui fut pourtant consacrée en 1960 au Centre Culturel Américain à Paris, et des milliers de reproductions ont été faites de ses oeuvres.
À Nantes, dans les années 1950, Jacqueline Baudouin, directrice du Muséum, s’enthousiasme pour Jean-Jacques Audubon. Elle publie sur lui des articles, multiplie causeries et conférences contribuant à le faire sortir de l’oubli.

Plus récemment, des actions ont été entreprises pour mieux le faire connaître :
      - en 1995, la Poste émet un bloc philatélique et une série de quatre timbres à l’occasion d’une exposition présentée au Carré des Arts du Parc floral de Paris.

      - en 1996 les marais de la commune de Couëron sont baptisés marais Audubon.
      - depuis 2002 la maison d’enfance d’Audubon « La Gerbetière » est propriété de la Ville Couëron.
À cela s’ajoute la parution de deux biographies récentes consacrées à Jean-Jacques Audubon :
     - «Audubon, peintre, naturaliste, aventurier» par Yvon Chatelin,
     - «Jean-Jacques Audubon» par Henri Gourdin,
     - ainsi que la traduction de ses «Journaux et récits» établie par Ben Forkner, co-éditée par la bibliothèque municipale de Nantes et l’Atalante.
© John-James Audubon Museum,
Henderson (USA)