page d'accueil
infos pratiques
agenda
 
 

De 2000 à 2014 , le péristyle du muséum a accueilli de nombreux artistes dont le travail s'inspirait de la nature ou de l'imaginaire du muséum.

Depuis 2014, c'est une galerie à l'étage, réouverte à l'occasion d' Estuaire, une histoire naturelle ? , qui expose illustrateurs, photographes, artistes ...

Envol d'oies des neiges. de Denis Clavreul
dans la cadre d' Une saison à Québec

 

 

Il en a résulté une programmation éclectique d'artistes provenant d'univers très différents. Chacun y a apporté sa sensibilité, sa perception, son talent, ses questionnements, sa fascination … sur des supports aussi variés que le dessin, la photographie, la vidéo, la peinture ou la sculpture…

Mais chez tous, on retrouve le désir d'exposer au muséum :

" Les lieux d'exposition d'art contemporain sont souvent blancs et neutres. Le pari était de créer une interaction avec un lieu fortement habité et de jouer avec. " Laurence Landois

" Je regarde mes croquis et je me rends compte que le travail du dessin fait disparaître toute cette mort. La vibration graphique redonne l'apparence de la vie à toute cette ménagerie défunte. C'est la raison pour laquelle j'ai eu envie de confronter ma vitalité à des représentations grandeur nature de grands animaux. " Maëlle de Coux

" Je crois que les notions de mise en scène et d'intime, rentrent en résonance particulière avec le concept de conservation du muséum. " Jean-Marc Savic

" La création de ce bestiaire est liée entre autres à mes souvenirs d'enfance et aux moments passés à observer les animaux du muséum de Nantes"
Patrick Cornillet

" Depuis maintenant une dizaine d'années, je m'obstine à représenter l'animal en espérant pouvoir saisir une part de ses présences, de ses évidences si difficiles à décrire. La mémoire de leurs possibles m'a permis de reconstruire ces autres, ces créatures dénaturées, ces séries B de l'Histoire Naturelle "
Eunji Peignard-Kim

De septembre 2000 à septembre 2014 , le péristyle a accueilli...
   

Latitude
de Laetitia Locteau, illustratrice nature
> du 17 mai au 21 septembre 2014

Chaque année, le printemps nous offre le spectacle d’une nature en éveil. Naissance, croissance, floraison … des termes majeurs pour évoquer ce processus remarquable. Ici, au muséum d’histoire naturelle de Nantes, des lépidoptères « dorment » à l’étage dans leur écrin de verre. Vient alors l’idée de les mettre à l’honneur pour répondre à l’invitation d’une création dans le péristyle : " Ce lieu propice à la lumière naturelle m’incite à évoquer leur cycle de vie, mais aussi et surtout leur fabuleuse capacité à se mouvoir dans les airs. D’un axe contigu, j’observe ces papillons : Petit Nacré, Aurore, Cuivré des Marais, Petite Violette … Outils en main, je convoite le geste gracile qui pourrait magnifier leur envol. "

blog de Laetitia Locteau

   

Oeufs
de Maëlle de Coux
> du 9 octobre 2013 au 28 avril 2014

« Les collections naturalistes des muséums sont une de mes premières sources d'images. Après les animaux naturalisés et les herbiers je me suis penchée sur ces incroyables collections d'oeufs. Autrefois volés dans des nids, vidés, pour être collectionnés, étiquetés, conservés dans des boîtes et du coton, de ces promesses de vie reste la délicate coquille.

Consciente d'avoir accès à quelque chose de rare, j'ai voulu les montrer comme je les découvrais. J’ai décidé d'utiliser la photographie numérique en couleur pour chercher des images très pures, tirées sur un papier à dessin qui amène une profondeur et une matité proche du pastel.
»

site de Maëlle de Coux


Born to be wild
installation artistique de Julien Perrier
> du 23 janvier au 28 août 2013
dans le square Louis Bureau, le péristyle et les marches de la rue Voltaire


" Née sauvage, la Loire est belle et reste farouche, endiablée, déchaînée de sa source à son estuaire. Nous ne pouvons qu’épouser ses gracieux contours, ébahis, contemplatifs.
Pour le muséum, il m’intéresse ici de retranscrire la nervosité sauvage que la Loire offre, par un geste de sculpture animalière à la facture délibérément grotesque, cependant adaptée précieusement au lieu « néo-classique ».

Juste un pied de nez à ce fleuve auquel ne manquent que les piranhas. Comme modèles d’atelier, je choisis une vingtaine de spécimens de la faune ligérienne pour leur "tirer le portrait" : série de céramiques (terre biscuitée-émaillée) et de fontes à cire perdue (bronze ou aluminium).

Born to be wild : a river movie by an easy rider.
"



Carnet d'estuaire
Dessins et aquarelles de Denis Clavreul
> du 15 juin 2012 au 6 janvier 2013

" Il y a deux ans, le Muséum d’histoire naturelle de Nantes me proposait de parcourir le bocage et les marais de l’Estuaire, pour observer les plantes emblématiques de ces biotopes et peindre les lieux où elles se trouvent.
Cette proposition originale correspondait bien à ma façon « d’approcher » ce que je dessine, de combiner sans cesse ma curiosité scientifique et mon regard d’artiste plus sensible aux espaces et à la lumière.
J’aime découvrir et décrire la diversité des formes de vie, tenter de comprendre ce qui les relie et je suis attentif à la façon dont elles composent les paysages.
J’ai travaillé « sur le motif » au fil des saisons, guettant les périodes de floraison ; avec Philippe Férard, botaniste au Jardin des Plantes, j’ai cherché les espèces les plus discrètes ou les plus localisées, notant au passage la présence des insectes et les chants d’oiseaux.
J’aimerais que ces dessins et ces aquarelles communiquent aux visiteurs la beauté et les émotions que la nature nous offre lorsqu’on la parcourt les yeux grands ouverts."


site de Denis Clavreul


Fragonnard au scalpel
par Christine Lesellier
> du février à juin 2012

L’oeuvre du Fragonard anatomiste a été occultée par celle du Fragonard peintre, son cousin, et par les aléas de l’histoire. Ne restent plus à ce jour que quelques-uns de ses écorchés, dont le célèbre groupe équestre du “Cavalier”, “L'homme à la mandibule” dit “Le Samson”, des singes et des bustes humains.
Christine Lesellier les a interrogés au musée Delmas-Orfila-Rouvière à Paris, et à l’Ecole nationale vétérinaire de Maisons-Alfort.
Le muséum présente un choix significatif de ces deux suites aux crayons de couleur et à l’eau-forte, complété d’une documentation sur l’illustration anatomique.


 


À façon
installation artistique de Bernadette Chéné, présentée
dans le péristyle
et sur le palier de la Galerie de zoologie

> de juin 2011 à février 2012

Bernadette Chéné plie, fronce, enroule, accumule.
Son oeuvre est le résultat d’un geste précis, répété en série, inspiré par les matériaux eux-mêmes : le pliage pour les journaux, le débitage pour le bois, l’empilage pour les feuilles de laurier, le frottage pour extraire la chlorophylle des végétaux. Dans une forme simple et rigoureuse, elle explore la matière, en sonde les profondeurs, déroule à l’infini les vibrations de ses assemblages en séries.

site de Bernadette Chéné

 


Belle est la bête
dans le cadre de l'exposition "Mouches"
> de juin 2010 à mars 2011

Ambiance bucolique pour cet espace où le visiteur se promène dans un jardin en admirant une douzaine de planches aquarellées d’Eugène Séguy, entomologiste français (1890-1985). Des discussions enregistrées sur le thème des mouches complètent sa déambulation. Le « mouchomaton » diffuse des images de personnes enfermées dans une cage avec des mouches et nous rend compte de leurs réactions !

Abriter les papillons
installation artistique de Philippe Caillaud
dans le square du muséum

> du 25 juin au 13 septembre 2010

Philippe Caillaud présente une installation éphémère. Perchés au-dessus d’un parterre de plantes nectarifères, les lépidohomes, maisons pour papillons créées par l’artiste, définissent un nouveau territoire entre terre et ciel. Le lépidohome, écrin élégant et sacré destiné à accueillir la chrysalide est illusoire et devient alors un asile pour les papillons fatigués de jardiner aux côtés de l’homme ou tout simplement las de butiner.
Cette installation est avant tout une intégration du discours artistique au paysage environnant.
Réalisée en collaboration avec le Service des espaces verts et de l’environnement de la Ville de Nantes

site de Philippe Cailliaud


Eclipses d'hier et d'aujourd'hui
Photographies d'Olivier Sauzereau
> du 14 octobre 2009 au 17 mai 2010
 

Photographe spécialisé dans la prise de vue des phénomènes astronomiques, Olivier Sauzereau expose une sélection de ses meilleurs clichés d’éclipses. Il nous fait ainsi revivre les événements célestes avec une véritable émotion esthétique. Chacun de ces clichés peut ainsi être regardé pour son aspect artistique mais également scientifique, puisqu’il s’agit à chaque fois d’une image nous parlant de science.

site d'Olivier Sauzereau



Guépard, Afrique subsaharienne, Moyen-Orient
Coll. du Muséum d'histoire naturelle de Toulouse.



Évolution
de P.Gries et J-B. Panafieu
> du 12 février au 30 juin 2009

Etonnantes photos noir et blanc de squelettes de vertébrés. En lien avec l'année arwin, le muséum présente É
volution, une approche à la fois artistique et scientifique de l'évolution des espèces.
Face à ces photos qui nous révèlent leur structure profonde, les questions surgissent sur la transformation des espèces au cours du temps et sur la place de l'Homme dans le monde animal.
Exposition réalisée par les Editions Xavier Barral

Nids de Fabienne Houzé-Ricard
> du 17 septembre 2008 au 4 janvier 2009
" Il y a d’abord eu les nids "naturels" juste énormes et flottant sur un fond rythmé d’images, références à l’actualité. Puis le nid s’est suffi à lui-même ; la toile retournée ; il est devenu encore plus gros, plus obsessionnellement détaillé. Le nid flotte sur la toile comme la terre dans l’espace ; proche par sa circularité, proche par ses strates de matières accumulées. Comme le monde, il est le lieu des drames, des hostilités, des agressivités, mais il est aussi protection, douceur et promesse d’un lendemain. Couches après couches, jus après jus, lignes après lignes, j’ai bâti cette matrice. La matière devient docile sous ma main comme la brindille sous les coups de bec de l’oiseau. Alors la pensée vaque, le pinceau fouille et rentre peu à peu plus à l’intérieur. Le sujet devient grave, féminin, vital ; car le nid, dans cette représentation sanguine, est le lieu de la conception, de la naissance, de la vie et donc de la mort."

blog de Fabienne Houzé-Ricard

Série B d' Eunji Peignard-Kim
> du 19 mars au 15 septembre 2008

Faune, minotaure, sirène, chimère, loup-garou, Moby Dick, King Kong, Godzilla... Tout au long de l'histoire, l'Homme a ressenti le besoin d'inventer ces êtres démesurés. Pour quel défi ou quelle rivalité orgueilleuse envers la nature ? Une nature adorée dont on se méfie et que souvent l'on craint.
" Depuis maintenant une dizaine d'années, je m'obstine à représenter l'animal en espérant pouvoir saisir une part de ses présences, de ses évidences si difficiles à décrire. La mémoire de leurs possibles m'a permis de reconstruire ces autres, ces créatures dénaturées, ces séries B de l'Histoire Naturelle "
" Il y a d’abord eu les nids "naturels" juste énormes et flottant sur un fond rythmé d’images, références à l’actualité. Puis le nid s’est suffi à lui-même ; la toile retournée ; il est devenu encore plus gros, plus obsessionnellement détaillé. Le nid flotte sur la toile comme la terre dans l’espace ; proche par sa circularité, proche par ses strates de matières accumulées. Comme le monde, il est le lieu des drames, des hostilités, des agressivités, mais il est aussi protection, douceur et promesse d’un lendemain. Couches après couches, jus après jus, lignes après lignes, j’ai bâti cette matrice. La matière devient docile sous ma main comme la brindille sous les coups de bec de l’oiseau. Alors la pensée vaque, le pinceau fouille et rentre peu à peu plus à l’intérieur. Le sujet devient grave, féminin, vital ; car le nid, dans cette représentation sanguine, est le lieu de la conception, de la naissance, de la vie et donc de la mort."

site d'Eunji Peignard-Kim

Relevés au fil de l'eau d' Alice Guilbaud
> du 13 septembre 2007 à mars 2008

" Habitée par un esprit d'ouverture aux civilisations premières, je ne fais que lire la pierre, le végétal et la terre des lisières des rivières. Grâce au reflet et par redressement, j'obtiens des images d'architecture, de scuptures totémiques, de masques d'essence primitive, mythique ou symbolique."

Alice Guilbaud expose des photographies de grands formats qui vous invitent à une promenade pittoresque et inattendue le long de la Sèvre nantaise.

site d'Alice Guilbaud


Focalises d' Evor
> du 8 mars au 3 septembre 2007

" Ma démarche plastique se situe à la jonction de pratiques diverses telles que la peinture, le dessin, la sculpture. En les confrontant, entre autres à l’univers de la mode, du design et des sciences, il en résulte des hybridations qui peuvent se combiner, se déployer au travers d’installations proches d’un cabinet de curiosité contemporain.
Les notions de désir, de cruauté, de sensualité et de mélancolie nourrissent cette réflexion, ce phantasme.
"

Evor propose des "Focalises" , surfaces planes où ressurgissent des extraits de pensées sous formes de dessins et autres substances imprégnant le papier. Ces réminiscences, ces concentrations, évoquent entre autres des souvenirs liés à des instants de "nature".


site d'Evor


Radioscopie d'une oeuvre
d'Alain Thomas
> du 13 octobre 2006 au 7 janvier 2007
Alain Thomas se propose d'expliquer le processus d'une de ses oeuvres au moyen de photos prises à différents stades de sa réalisation.
Approche didactique d'un travail d'artiste !

site d'Alain Thomas


Mysticisme et animaux
dans la culture amérindienne

de Fanny Osorio Arana et Stanley Alcon Terceros
> du 7 juin à fin septembre 2006
Créées spécialement pour cette exposition, leurs oeuvres mettent en scène divers animaux d'Amazonie et des hauts plateaux boliviens, sous la forme de dessins, de peintures à l'huile et d'aquarelles. Ces deux artistes boliviens nous montrent le lien tissé par la culture améridienne avec les animaux sacrés comme le puma, le condor et le lama.

Des bêtes de Maëlle de Coux
> du 8 février au 30 mai 2006
" Pour réaliser ce bestiaire, j'ai mis en oeuvre une technique mélangeant photographie (tirage argentique), dessin et peinture. Mon idée étant de créer un va et vient entre réalité et imaginaire.
La réalité est que chaque animal est un être unique dont la destinée glorieuse et malchanceuse à la fois a voulu qu'il devienne le représentant de son espèce. Le reste est affabulation."

Il y a un côté miroir dans ce type de représentation d'animaux. Nous sommes habitués depuis notre toute petite enfance à prêter aux bêtes des caractères humains particuliers. A chaque espèce une facette plus ou moins complexe. La projection s'opérant, il s'agirait d'autant d'autoportraits. Moi en lièvre, moi en corbeau...
."

site de Maëlle de Coux

Nous les terriens de Fabrice Bartheau
> du 26 octobre 2005 au 23 janvier 2006
Sous leurs airs d'Aliens sortis tout droit de films fantastiques, ce ne sont pourtant que des animaux vivant discrètement autour de nous.
Originalement mises en valeur par le fort grossissement sous un éclairage ciselant leur structure, leurs multiples formes nous donnent un aperçu de la biodiversité.
Conçue comme une galerie de portraits, cette série photographique présente les insectes sous des attitudes sévères, parfois inquiétantes mais toujours fascinantes.

site de Fabrice Bertheau


 

À FAÇON
par Bernadette Chéné
Installation artistique présentée
sur le palier de la Galerie de zoologie
à partir du 28 avril... et dans le Péristyle, à partir du 8 juin.

Bernadette Chéné plie, fronce, enroule, accumule.
Son oeuvre est le résultat d’un geste précis, répété en série, inspiré par les matériaux eux-mêmes : le pliage pour les journaux, le débitage pour le bois, l’empilage pour les feuilles de laurier, le frottage pour extraire la chlorophylle des végétaux.
Dans une forme simple et rigoureuse, elle explore la matière, en sonde les profondeurs, déroule à l’infini les vibrations de ses assemblages en séries.

Curiosités des mers de Vincent Leray
> du 6 juillet au 17 octobre 2005
Vincent Leray a photographié la collection d'invertébrés marins du Muséum de Nantes, pour en présenter une classification personnelle.
Le regard qu'il pose sur ces collections d'histoire naturelle montre à quel point la beauté de ces animaux est parfaite et l'émerveillement seulement dicté par l'attention qu'on veut bien leur porter.
site de Vincent Leray

Portraits sauvages de Dominique Sanson
> du 17 mars au 27 juin 2005
Pourquoi ne pas sortir quelques animaux des vitrines du Muséum et les remettre le temps d'une "pose photo" dans leur milieu naturel ?
Dominique Sanson l'a fait et nous en offre son interprétation. Elle peint les pensionnaires du Muséum dans des attitudes de colère, de rêverie ou de curiosité, révélant ainsi leur part d'humanité. Ces portraits composés exclusivement d'ocres, de pigments et de terres naturelles proposent un regard naïf sur ces bêtes dites sauvages.
blog de Dominique Sanson

Les corbeaux de Monique Josse
> du 7 octobre 2004 au 28 février 2005
Monique Josse a choisi les corbeaux comme fil conducteur de son discours. Les dessins, les maquettes, les sculptures illustrent la symbolique du corbeau dans nos sociétés. Le coté très familier de ces oiseaux s'oppose aux représentations plus inquiétantes qui en sont faites dans les contes et légendes.

site de Monique Josse


Banc de poissons ...
> du 5 juin au 25 septembre 2004
Collection mise en dépôt au Muséum en 1999 par l'IFREMER.
Ce "banc de poissons" présente 18 des 34 sculptures bas-reliefs réalisées dans les années 30 par Paul Treve pour la décoration de la salle de réunion et du bureau du Directeur de l'ISTPM.
La mise en dépôt de cette collection illustre un des modes d'acquisition et d'enrichissement du patrimoine d'un musée. Dans le cas présent, la collection exposée est conservée au Muséum mais reste la propriété de l'IFREMER.

D'après nature d'Annette Lamoulie
> du 8 janvier 2004 au 2 mai 2004
 Entre photographie botanique et recomposition plastique, les images s'organisent autour de la représentation du végétal : une autre façon d'étudier la véritable nature de la plante, les liens et relations qu'elle entretient avec l'humain.

Corps à corps
de Martin Colombet et Aline Schamberger
> du 8 octobre 2003 au 6 janvier 2004
Deux artistes associent leurs talents pour vous présenter un ensemble de sculptures en terre et matériaux organiques représentant les prémisses de formes animales, et une série de portraits photographiques où la pierre sortant de la bouche illustre la fragilité des mots.

site de Martin Colombet


Serpents :
jeux graphiques et parcours sinueux

> du 15 mai au 16 septembre 2003
À l'occasion de la rénovation du vivarium du muséum, la classe de seconde BT du lycée Saint-Pierre la Joliverie, spécialisée en arts appliqués, présente un travail graphique autour du thème des serpents.
Toiles et sculptures s'exposent !

Bestiaire de Patrick Cornillet
> du 13 février au 28 avril 2003
" La création de ce bestiaire est liée entre autres à mes souvenirs d'enfance et aux moments passés à observer les animaux du muséum de Nantes.
À l'instar des planches naturalistes, les animaux s'inscrivent sur des fonds neutres, sans nulle évocation d'espace. Des plages monochromes qui leur confèrent davantage de présence et canalisent notre regard plutôt que de laisser s'enfoncer dans un quelconque décor illusionniste. Des espaces qui maintiennent hors du temps. Mes êtres sont suspendus dans leurs actions, dans leur présence, extraits de tout contexte spatio-temporel. Dans la réalisation de ce bestiaire, aucune méthode, aucune classification, pas plus qu'une quelconque règle de représentation. À chaque animal son mode d'apparition : en action, au repos, mort, fragmenté… Plus qu'un regard scientifique, une curiosité envers toutes traces de vie. Les animaux vacant à leurs occupations, traversent inopinément le champ même de la toile et se présentent au spectateur sous des angles qui, s'ils ne nient pas sa présence, le positionnent au moins en voyeur."

blog de Patrick Cornillet


Dino de Gaël Le Deroff
> du 6 novembre 2002 à janvier 2004
Partant du principe que le dinosaure n'a d'autres choix que d'être représenté pour être vu, et plus encore que les dieux, les anges, les dragons, fées ou autres créatures invisibles par l'oeil, puisque légitimé comme réalité indiscutable par la Science, Gaël Le Deroff met sa peinture au service d'une de ses représentations possibles, mission d'importance s'il en est...

Arbres et Totems
de Laurent Ouisse et Françoise Roucou.
> du 30 mai au 27 août 2002
Photographies noir et blanc d'arbres taillés en tétards. Photographies couleur de détail d'écorce. Ecorces utilisées comme support graphique et picturale.
Quand un photographe et une peintre décident d'exposer ensemble sur ce qui, pour l'un est une sculpture faite par la nature et pour l'autre, un support de création et autour d'un même émerveillement : les arbres.
site de Laurent Ouisse

Dessins, vidéos de Jean-Marc Savic.
> du 20 mars au 20 mai 2002
De formation scientifique (biologie animale) et plasticien, Jean-Marc Savic s'intéresse de près à la relation que nous avons avec le vivant, et particulièrement à l'ambiguïté du rapport que la mémoire et ses manifestations entretiennent avec l'animalité.
Les animaux représentent une matière d'exploration du réel, ils sont des objets au fond desquels l'humanité puise pour extraire du sens. Ce n'est pas l'animal en tant que "problématique" qui l'intéresse mais plutôt en tant que filtre, support où nos représentations psychiques et mentales les plus ambiguës, inconscientes se forment.
Il utilise des médiums variés (dessins, photos, vidéos, son…) et tente par l'action de la performance et l'utilisation des éléments de l'improvisation, qu'il intègre dans ses productions, d'interroger ce que l'on donne à voir dans l'exposition.
Les vidéos réalisées dans le vivarium relèvent d'une volonté de créer une situation d'intimité absurde.

Esquisses sauvages de Maëlle de Coux.
> du 26 septembre au 17 décembre 2001.
" La première approche, c'est le bonheur du dessinateur. Toutes ces formes, toutes ces matières. La collection, avec ses alignements, ses points de vue insolites.
Et puis, à force d'être là, à scruter les choses, un certain malaise s'installe…. Tous ces morts… Souvenirs de souffrances… Ces billes de verre qui se veulent des yeux, langues et museaux secs, certains pelages miteux, des cicatrices, des coutures, odeurs vaguement formolées, équilibres improbables parlent du travail morbide du taxidermiste. Masques effrayants, figés, momies aux babines retroussées.
Mais le travail du dessin fait disparaître toute cette mort. La vibration graphique redonne le mouvement de la vie.
"

Ces dessins d'animaux du muséum nous projettent dans l'imaginaire, la féerie, le symbolisme lié à chaque animal croqué.
Par la magie de la vibration graphique, Maëlle de Coux redonne l'apparence de la vie à toute cette ménagerie défunte.
site de Maëlle de Coux

Nantes, herbier des îles de Vincent Leray.
> du 30 mai au 31 août 2001
En 1997, Vincent Leray crée en Bretagne, avec Véra le Saux l'atelier Matière Sensible, à travers lequel ils ont créé deux collections de photographies (La Faune Marine et La Flore Terrestre), en partant de la grande richesse offerte par les formes naturelles. Ses collections reconstituent dans une logique scientifique des familles d'animaux ou de végétaux.
L'exposition "Nantes, herbier des îles" prend le même parcours de reconstitution de la forme de la matière végétale dont on reconnaît la valeur documentaire.
Ces planches photographiques de végétaux, pour la plupart constituées de fruits et de graines, récoltés dans les jardins de Nantes, nous évoquent l'extraordinaire diversité des formes de la nature découvertes lors des grandes campagnes scientifiques, spécimens collectés puis acclimatés dans nos régions.
site de Vincent Leray

Paysages lunaires d'Olivier Sauzereau.
> du 31 janvier au 30 avril 2001
D'un simple lever de Lune dans un paysage terrestre à une vision télescopique du monde sélène, toutes ces " astrophotographies " ont pour point commun d'avoir été prises avec le même boîtier photo. Seul l'objectif change, nous donnant ainsi un véritable zoom sur notre voisine de l'espace … à 400 000 km de chez nous.
site d'Olivier Sauzereau

Une autre, Nature de Laurence Landois.
> du 25 novembre 2000 au 21 janvier 2001
Répondant à l'invitation du muséum, Laurence Landois nous présente " Une autre, Nature " fabriquée, artificielle qui se placerait en vis à vis de la " vraie nature " conservées dans les collections ?
Cette interaction entre Nature et Culture cherche à provoquer un autre regard sur la réalité, en créant le trouble sur l'origine des choses et leur identité. Ici, une drôle de collection de citrons, là, une installation intitulée " Le Jardin Dalice " constituée de formes énigmatiques, ailleurs des sphères ajourées nommées " Folies ". Laurence Landois nous entraîne avec malice de l'autre côté du miroir.
site de Laurence Landois

 
Collection particulière
de Patrick André depuis 1966.
> du 19 septembre au 19 novembre 2000
Une rencontre est à l'origine de cette " Collection particulière ". Pendant quelques jours en 1999, Patrick André est venu au muséum constituer les premiers clichés de sa collection. Pendant quelques jours, avec Florence Nargeot, entomologiste du muséum, il a photographié près de 300 carapaces d'insectes dans lesquelles il a serti des portraits de personnages célèbres.
" Ainsi naissent, chrysalides délicates dont l'épingle devient émeraude, des portraits cette fois très figuratifs : mais l'atmosphère des contes merveilleux ravive l'inquiétante étrangeté des chairs comprimées sous le corset de leur parure ".
Personnages et carapaces ne font plus qu'un être hybride. Dans leur nom même se mélange leur double origine.

site de Patrick André depuis 1966